Forum de la Dignité et du Changement Index du Forum
  S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés
La place de la religion dans la République
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de la Dignité et du Changement Index du Forum -> Appel aux Algériennes et Algériens -> La place de la religion dans la République
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Srlach


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2008
Messages: 13
Localisation: Alger

MessagePosté le: Ven 9 Mai - 18:26 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

Désolé mais il faut dresser un bilan après tout ce qui s'est passé en cette mère patrie ! Avec l'arrivée de Chadli, celui ci céda aux demandes des islamistes, avec le code de la famille et les parties islamistes.

Pour redresser vraiment la barre plus haut en Algérie, je pense qu'il faudrait :

Enlever les sciences religieuses (si on peut appeler ça une science) de l'école, hein parce que là, je ne vois pas trop à quoi ça pourrait servir !

Penser que c'est dans la misère que nait l'extrémisme.

Faire connaitre aux élèves l'histoire de l'Islam avant sa pratique, même dans les pays laïques comme la France on enseigne un bout de l'histoire de l'Islam au collège.

Tolérer que d'autres religions coexistent en cette terre qu'est l'Algérie.

Interdire les parties islamistes, même s'ils se proclament modérés !

Et ce n'est qu'un début ! Et pour finir, on est avant tout algérien, ensuite musulman, ensuite chrétien, ensuite juif.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 9 Mai - 18:26 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Srlach


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2008
Messages: 13
Localisation: Alger

MessagePosté le: Ven 9 Mai - 18:30 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

jnsplu a écrit:
Srlach,
1-tu est en train de reposer des questions déjà traitées dans ce topic, je te renvoie donc à une lecture ou relecture des posts précédents.

2-Marxisme ou communisme, tous deux dècrètent que la religion est l'opium du peuple donc à quoi bon le distingo et de toute façon je suis d'accord avec toi en partie, la religion peut être l'opium du peuple comme elle peut être l'instrument de son essor dans le cas de l'islam qui a prouvé la vigueur qu'il peut insuffler à une société et sans aller très loin dans l'Histoire, remontons juste en 1954 au déclenchement de la révolution qui se fondait sur lui principalement.

3-Les autres religions sont extrêmement minoritaires en Algérie qui est terre d'islam. Ce n'est pas parcequ'il y a des minorités que la majorité doit abdiquer de sa religion ou de ses droits. Ce n'est pas sérieux !!!! En terre d'islam on applique en principe le droit musulman même si cela ne plait pas. Et celui ci s'il a permis par le passé à des gens du livre d'accéder à de hautes fonctions de l'Etat, il ne l'interdirait pas maintenant.


Euh désolé, que fais tu de la dhimma, ?! Et dès qu'on a ouvert la voix aux islamistes on a vu le résultat !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
G. Naïma


Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 6
Localisation: Alger

MessagePosté le: Ven 9 Mai - 20:17 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

Avec tout le respect que j’ai pour vous, mais j’ai l’impression que vous utilisez la même argumentation que la minorité qui voudrait éradiquer notre religion de notre vie sociale et politique.
Je vais vous répondre calmement  argument contre argument dans cet espace de débat, sans animosité aucune.
Vous parlez du règne de Bendjedid et de ses concessions aux islamistes. Je crois que la manipulation de l’Islam remonte au règne de Boumediene.  Les mosquées n’avaient-elles pas été utilisées pour faire  avaler les grosses couleuvres du socialisme et de la révolution dite agraire ? L’Islam n’a-t-il pas été utilisé à l’époque à des fins politiciennes pour casser certains courants politiques de gauche et libéral ? Bendjedid n’a fait qu’utiliser le même stratagème. Et à ce jour, les gouvernants manipulent notre religion à leur guise.
Je crois que pour relever la barre plus haut, comme vous dites, il faut redonner la parole au peuple, le laisser choisir ses représentants, éliminer la médiocratie et laisser les compétences prendre les rênes .  Ce n’est pas en touchant à nos valeurs religieuses qu’on sortira du sous-développement.
Oui, c’est la misère et l’oppression qui  engendrent  la violence et l’extrémisme. On ne naît pas extrémiste. On le devient quand on est écrasé par l’injustice, la hogra et les vicissitudes de la vie.
Je ne comprends pas votre obsession sur les autres religions  alors que l’islam est la religion de pratiquement la grande majorité d’Algériens et que le problème ne se pose pas du tout pour la minorité chrétienne voire juive.  Le Coran n’a-t-il pas dit : Lakum dinukum wa liya dine. Chacun est libre de pratiquer sa religion selon ses convictions. Mais il n’est pas question qu’une minorité impose ses convictions et ses idées à l’écrasante majorité. C’est un non-sens., sauf en Algérie où nous assistons à une inversion des logiques.
Vous prônez la démocratie mais vous pratiquez l’exclusion. Pourquoi interdire des partis dits islamistes quand on sait que c’est un fait politique et social réel.  Doit-on pratiquer la politique sur la base des réalités ou sur la base de nos propres souhaits ? En tant que démocrate, ai-je le droit d’exclure 4 ou 5 millions de mes compatriotes car ils appartiennent à ce courant ? Au moment de l’ouverture démocratique j’étais révoltée quand certains agitateurs du FIS s’attaquaient aux communistes. Je sais qu’ils ne représentaient que moins de 0,5 % de l’électorat, mais ils avaient droit d’exister et de s’exprimer librement et ouvertement.
Ce n’est pas avec des clichés émoussés et l’exclusion que nous reconstruirons notre pays dévasté par ces charognards.
Et comme disait un intervenant, la démocratie est une culture. Ce n’est pas un slogan ou un oripeau derrière lequel on se cache. Et les événements tragiques vécus par notre pays nous ont montré que les autoproclamés démocrates étaient en réalité des fascistes en puissance.
Cordialement.


Revenir en haut
jnsplu


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 62

MessagePosté le: Ven 9 Mai - 20:43 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

srlash :Je répond ici à ton message relatif à la dhimma.

Quel est le problème de la dhimma ? Elle ne sied pas aux "mondialistes" et leurs relais ? Eh bien tant pis pour eux ! Nous ne sommes pas obligés de les singer en tout. Il y a bien des choses qu'ils font et qui contreviennent à nos conceptions, mais nous trouvons cela normal venant d'eux. Le racisme est plus grave que la dhimma. Le racisme fait des distinctions basées non pas sur la foi de l'individu, mais sur son physique. En islam ça n'a jamais existé. Demain, le plus mécréant des mécréants même s'il est noir s'il embrasse l'islam sera aussi musulman que les autres. Par contre un bougnoule restera toujours un bougnoule même s'ils clament qu'ils ne sont pas racistes, c'est un trait de civilisation et ces choses là ont la vie dure...dure.... Alors la dhimma, oui. A condition de suivre les préceptes de l'islam en tout car l'islam est une civilisation et non pas des règles dans lesquelles on puise quelques règles ça et là. Malheureusement, par le temps présent les gens ne connaissent pas très bien l'islam  et donc la dhimma est un problème de périphérie et donc inapplicable en la situation actuelle . Les dhimmis ne paient pas la zakat, ils paient la dîme en contrepartie des services que leur offre l'Etat, parfois elle est moindre que la zakat que paie le musulman. Le dhimmi n'est pas appelé sous les drapeaux même en cas de mobilisation générale et cependant il a droit à la défense de ses biens et de sa personne. Mais avant qu'on ne me colle une étiquette, la société musulmane actuelle n'est pas mûre dans sa croyance et sa foi pour faire emerger la civilisation de haute culture et de haute tolérance qui a est celle  de l'islam et donc  la création d'un Etat musulman en Algérie n'est pas envisageable ni dans 10 ni dans 20 ou 30 ans, il n'est pas dans mes capacités de faire un pronostic plus éloigné. Mais il n'en demeure pas moins que les Algériens sont des musulmans et je maintiens donc tout ce que j'ai dit, car l'islam pourrait faire la surprise de renaitre plus haut, plus fort, plus tolérant, plus mobilisateur, plus civilisateur qu'il ne l'a été par le passé, ce passé qu'on feint d'oublier pour faire accroire que l'islam est la religion de l'obscurantisme et du dévoiement alors qu'il est le moteur qui a mis sur orbite la civilisation occidentale actuelle.  

Et puis une question : qu'appelles tu islamisme ?

Citation:


Et ce n'est qu'un début ! Et pour finir, on est avant tout algérien, ensuite musulman, ensuite chrétien, ensuite juif.



Entièrement d'accord avec toi et je vais encore plus loin, je préfère un juif ou un catholique qui connait réellment les préceptes de sa religion et les applique à un musulman qui ne suit les préceptes de l'islam qu'en apparence et ne les connait pas ni ne cherche à les connaitre.

Et j'ajouterai que ce n'est pas l'islam qui obscurcit les pensées et les relations des musulmans à l'égard du monde où ils vivent, c'est la méconnaissance de l'islam qui en est la cause. En cette ère de mondialisation, qui fait suite à une ère de colonisation, les sociétés musulmanes ont subi et subissent des pressions énormes 
visant à dévaloriser leur savoir et leur culture et à leur faire acquérir d'autres normes. Il est normal qu'apparissent des radicalisations qui  prennent le message  islamique pour ce qu'il n'est pas, un message de violence. Se ranger aux côtés de ceux qui veulent nous imposer leur manière de voir le monde et effacer notre identité musulmane ne peut qu'aider les radicalistes (ou islamistes si vous voulez) dans leur démarche et leurs orientations et nous aurons deux visions qui veulent nous éliminer toutes les deux.
_________________
http://www.jnsplu.venez.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Abdelkader DEHBI


Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 7
Localisation: Alger

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 12:02 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

Je présume que le concepteur de ce forum a dû beaucoup hésiter avant de retenir parmi les sujets en débat dans ce forum, la question de "la place de la religion dans la République". Et je comprends aisément un tel dilemme qui a du se poser en effet dans les termes suivants: Ou bien écarter la question de la liste des sujets soumis au débat, et elle se serait fatalement  "invitée" d'elle-même – vu son caractère de verticalité -, dans l'ensemble des discussions; ou bien faire figurer la question comme un sujet à part entière dans le débat, et alors on se retrouve dans le schéma actuel du forum où certains intervenants, peu nombreux Dieu merci, semblent quelquefois exprimer des idées – en présumant qu'il s'agit d'idées -, qui ne reflètent pas du tout la réalité de la société algérienne; une société restée profondément attachée aux Valeurs morales de l'Islam; tel qu'il a été pratiqué par nos ancêtre depuis 14 siècles.
La première politesse en effet, c'est de faire preuve d'humilité quand on intervient dans un forum – et singulièrement dans un forum comme celui-ci - qui se propose de rassembler au lieu de diviser, de renseigner au lieu de tromper, de débattre au lieu d'insulter. La seconde des politesses, c'est de prendre le temps de lire ce qui s'y dit avant d'émettre des opinions qui révèlent les terribles lacunes de leurs auteurs, sans rien apporter au débat.
Cela étant précisé je voudrais pour ma part, proposer ma propre contribution à ce débat sur la place de l'Islam – et non de la religion -, dans la République, en préférant cette formulation qui a l'avantage d'écarter à mon avis toute ambiguïté en la matière, en tant que l'Islam fait partie intégrante de notre identité nationale en déterminant en même temps, à l'échelle du monde, notre appartenance à la grande Communauté spirituelle des Musulmans, une Communauté forte de un milliard et demi d'hommes.
Ainsi que l'ont rappelé certains des intervenants dans ce forum, la société algérienne est légitimement fondée de revendiquer son islamité, à la fois en tant qu'élément constitutif essentiel de sa personnalité et en tant que facteur fondamental de l'unité nationale. Bien entendu, ce fait n'altère en rien, les droits de citoyenneté pleins et entiers, qui doivent être reconnus par la Constitution aux autres citoyens de confession ou d'obédience religieuse ou philosophique différentes. Cela est une exigence religieuse d'abord, en vertu de la règle: "La ikraaha fi-d-dine" (Il n'y a pas de contrainte en religion). C'est aussi une exigence morale et démocratique, au non de la liberté de culte, universellement admise. Cependant,
- à l'heure où l'Etat sioniste d'Israël – souvent présenté par certains de nos propres concitoyens comme un modèle de "démocratie" – se proclame comme Etat Juif, en envisageant sérieusement de déporter hors de ses frontières, plus de 700.000 palestiniens musulmans et chrétiens confondus;
- à l'heure où la plupart des pays membres de l'Union Européenne comptent au moins un parti qui s'intitule "chrétien" ou d'obédience chrétienne;
- à l'heure où les Etats-Unis d'Amérique ne jurent que par le sionisme chrétien des néoconservateurs et où les candidats des deux camps aux présidentielles ne manquent jamais l'occasion de parler du "church come back" ou Retour de l'Eglise;
- à l'heure où même un petit saltimbanque de la politique comme le président français M. Sarkozy propose – même si c'est par démagogie -, le retour de la catéchèse dans l'enseignement public;
- à l'heure enfin, où la quasi majorité des Chefs d'Etats et de Gouvernement de l'Occident s'apprêtent à se rendre à Tel Aviv et à Jérusalem, pour concélébrer aux cotés des dirigeants sionistes du monde entier, une véritable "Grand'Messe judéo-chrétienne", à l'occasion du 60ème anniversaire de la création de l'Etat d'Israël – à  quelques kilomètres à peine de Gaza  où croupissent plus de un million et demi de palestiniens sous le blocus criminel israélien.
- à l'heure donc où tous ces évènements ont lieu, on ne peut que s'étonner de constater  que des individus de notre propre société comme le pseudo qui signe:"jusplu" et dont les arguments contre l'Islam semblent fraîchement sortis d'une leçon clandestine de catéchisme dispensée à la sauvette au coin d'un bistrot, par quelque "prêtre" dont on ne sait jamais trop s'ils prêchent au nom de Dieu ou de Diable….
C'est au nom de notre identité musulmane et des principes moraux de dignité, de courage prônés par l'Islam, que la Révolution Algérienne a déclenché le combat libérateur contre le colonialisme français, en anéantissant le mythe de "l'Algérie française" et en rétablissant sur le haut du pavé, les trois éléments de notre identité qui son l'Islam, l'arabité et l'amazighité. Toute contestation de ce fait manifeste relève de l'escroquerie morale et intellectuelle. L'ultra minorité stipendiée qui rêve de faire de l'Algérie un appendice de l'Occident – et singulièrement de l'ancienne puissance coloniale – se trompe lourdement en pensant pouvoir s'attaquer à l'islamité de l'Algérie que plus de 132 ans de colonisation et d'évangélisation, de mensonges et de diffamation, n'ont pas pu affecter.
 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Abdelkader DEHBI


Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 7
Localisation: Alger

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 13:15 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

E R R A T U M :  Le pseudo que je voulais citer c'est " srlach " et non jusplu - Merci au Webmaster de corriger. (A. Dehbi)

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
zem85


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2008
Messages: 29

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 14:11 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

"srlach" qu'entendez vous par partis islamistes ? tout parti se revendiquant de l'islam ? Si c'est le cas, c'est déjà fait en droit :
Article 5 de la loi du 5 juillet 1989 : {Aucune association à caractère politique ne peut fonder ... sa création ou son action sur base exclusivement confessionnelle, linguistique, régionaliste, d'appartenance à un seul sexe, une seule race}
Après, il est clair que dans les fait les choses sont différentes. Mais ce point mérite d'être penser. En effet, si le FIS a atteint des sommets au niveau électoral, c'est qu'il y a raison de penser que l'islam est un élément rassembleur du peuple et on ne peut pas vouloir qu'il disparaisse de la scène politique sous prétexte qu'il y aurait des instrumentalisation.
Cependant, comment l'intégrer politiquement ? "jnsplu" et M.Dehbi donnent des arguments intéressants quant à l'importance de considérer l'islam qui est une partie importante de notre culture, surtout à l'heure ou certains pays occidentaux semblent vouloir se livrer une guerre contre tout ce qui approche de près ou de loin de l'Islam.

La question reste posée, comment intégrer l'Islam en politique ? et puis quel Islam ?
Il y a des courants et des interprétations différentes de notre religion. La quelle choisir ? Laisser les parties décider du "type" d'Islam qu'ils préconisent et ouvrir le vote aux électeurs ?

Je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que l'Islam fait parti de notre identité. Mais le problème qui se pose, c'est que faire au niveau politique avec notre Islam ?


Revenir en haut
zem85


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2008
Messages: 29

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 14:42 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

jnsplu a écrit:

Merci pour ces questions que tu m'adresses Zem85, socrate n'aurait pas fait mieux et je ne prétends pas me mesurer à lui. Je mettrais un siècle à te répondre et les disques durs sur lesquels est hébergé notre forum ne suffiraient pas à une éventuelle réponse de ma part, dans la mesure ou je pourrai la faire.

A la première question je te réponds laconiquement oui, l'islam a sa place dans un Etat et une démocratie et l'inverse aussi est vrai l'état et la démocratie ont leur place dans l'islam.

Concrètement a mon humble avis, l'islam est un ensemble de règles qui ont la capacité de  régir la société sous ses différents aspects, l'Histoire en témoigne, ces règles s'imposent à l'état qui possède cependant une large marge de manoeuvre en fonction des interprétations . La démocatie aussi, telle que je la connais, est un ensemble de règles qui régissent la société et s'imposent à l'état qui possède aussi une large marge de manoeuvre. Mais zem85 qu'est ce que tu entends par démocratie, qu'on s'entende au moins sur les termes à utiliser ?

http://appel-algerie.xooit.com/t6-Democratie.htm
Citation de "jnsplu"

Je comprend bien. Mais la large marge de manœuvre me pose problème. à mon sens, il n'y a pas que l'État qui peut interpréter l'Islam, mais les parties politiques le peuvent aussi. Et dans ce cas, rien n'empêchera un parti comme le FIS en 90 à déclarer que la "démocratie est impie" et qu'il faut la supprimer (ils l'ont interpréter ainsi). Politiquement, cela donnerait uns source de légitimité à certains partis d'agir et de déstabiliser la scène politique à leur avantage.
Or, dans un État de droit ou la religion n'es pas mêler, personne ne peut prétendre à renverser le système (sauf dans le cas d'une révolution) car tout le monde se conforme aux règles démocratiques établis.

Ce que j'essaye de dire, c'est qu'en autorisant divers interprétations possibles du religieux, certains parties peuvent s'emparer du pouvoir (élections) et le garder longtemps (négation démocratie et république islamique) sauf si "quelquen" intervient (comme l'armée avec l'arret du processus électoral en 92).

L'intégration de l'Islam en politique me pose toujours problème... Mais je suis à l'écoute des idées et des divers exemples proposés





En ce qui concerne votre explication du code de la Famille, je ne vois pas clair. "L'esprit de l'Islam peut l'emporter sur sa lettre" ?

Citation de "jnsplu"
" C'est donc que les dispositions du droit musulman ne peuvent être appliquées dans la réalité quotidienne et pour cause, il faut que la sanction soit juridique et non plus seulement religieuse. Or dans le code de la famille par exemple, sous prétexte de respecter la religion, des règles relatives au fondement même de la famille sont laissées au libre arbitre du citoyen, le plus souvent inculte. Et le divorce est devenu chez nous de ce fait, entre autres, un fléau social. Le droit musulman c'est aussi bien l'esprit des textes que leur lettre. Et je pense qu'on peut sacrifier à la lettre pour sauvegarder l'esprit et donc lorsqu'il n'est pas possible de laisser des dispositions religieuses sans sanction de l'état, il faut y pourvoir."

Voulez vous dire qu'il faut une sanction envers ceux qui ne respectent pas  des dispositions, lois religieuses ?


Revenir en haut
Srlach


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2008
Messages: 13
Localisation: Alger

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 18:13 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

G. Naïma a écrit:
Avec tout le respect que j’ai pour vous, mais j’ai l’impression que vous utilisez la même argumentation que la minorité qui voudrait éradiquer notre religion de notre vie sociale et politique.


N'allons pas jusque là s.v.p, la laïcité se définie pas la séparation de l'état et de la religion et non de l'éradication de cette dernière. D'ailleurs, malgré la laïcité, la religion la plus présente en France reste le christianisme "catholicisme", et les maux de la société française ne sont pas dus à la laïcité mais au système capitaliste.

G. Naïma a écrit:

Vous parlez du règne de Bendjedid et de ses concessions aux islamistes. Je crois que la manipulation de l’Islam remonte au règne de Boumediene. Les mosquées n’avaient-elles pas été utilisées pour faire avaler les grosses couleuvres du socialisme et de la révolution dite agraire ? L’Islam n’a-t-il pas été utilisé à l’époque à des fins politiciennes pour casser certains courants politiques de gauche et libéral ? Bendjedid n’a fait qu’utiliser le même stratagème. Et à ce jour, les gouvernants manipulent notre religion à leur guise.


Effectivement, tout ce que vous dites est tout à fait juste. Ce que je pense c'est qu'on a assez manipulé les gens avec l'Islam pour en finir maintenant avec cette duperie.

G. Naïma a écrit:

Je crois que pour relever la barre plus haut, comme vous dites, il faut redonner la parole au peuple, le laisser choisir ses représentants, éliminer la médiocratie et laisser les compétences prendre les rênes . Ce n’est pas en touchant à nos valeurs religieuses qu’on sortira du sous-développement.


Mais quelle voix ? Le peuple est désorienté, le peuple sait qu'une seule chose, c'est qu'il est pauvre et n'a pas d'avenir avec cette situation. Pour que l'Algérie redevienne chantre de tout un peuple, il faut que celui ci ait une culture. Le niveau système éducatif est encore plus bas que la poussière, pensez vous qu'il puisse faire bouger les choses ainsi ?

G. Naïma a écrit:

Oui, c’est la misère et l’oppression qui engendrent la violence et l’extrémisme. On ne naît pas extrémiste. On le devient quand on est écrasé par l’injustice, la hogra et les vicissitudes de la vie.


Oui c'est exactement ce que je pense.

G. Naïma a écrit:

Je ne comprends pas votre obsession sur les autres religions alors que l’islam est la religion de pratiquement la grande majorité d’Algériens et que le problème ne se pose pas du tout pour la minorité chrétienne voire juive. Le Coran n’a-t-il pas dit : Lakum dinukum wa liya dine. Chacun est libre de pratiquer sa religion selon ses convictions. Mais il n’est pas question qu’une minorité impose ses convictions et ses idées à l’écrasante majorité. C’est un non-sens., sauf en Algérie où nous assistons à une inversion des logiques.


Un verset que j'admire plus que tout au monde, avec lequel j'avance en ce monde. Mais le coran ne dit il pas aussi d'éliminer les non-croyants ? La laïcité n'est pas propre à la religion juive ni à la religion chrétienne, alors ce n'est pas une idéologie imposée par des minorités adeptes d'une religion, vous faites erreur.

G. Naïma a écrit:

Vous prônez la démocratie mais vous pratiquez l’exclusion. Pourquoi interdire des partis dits islamistes quand on sait que c’est un fait politique et social réel. Doit-on pratiquer la politique sur la base des réalités ou sur la base de nos propres souhaits ? En tant que démocrate, ai-je le droit d’exclure 4 ou 5 millions de mes compatriotes car ils appartiennent à ce courant ? Au moment de l’ouverture démocratique j’étais révoltée quand certains agitateurs du FIS s’attaquaient aux communistes. Je sais qu’ils ne représentaient que moins de 0,5 % de l’électorat, mais ils avaient droit d’exister et de s’exprimer librement et ouvertement. Ce n’est pas avec des clichés émoussés et l’exclusion que nous reconstruirons notre pays dévasté par ces charognards. Et comme disait un intervenant, la démocratie est une culture. Ce n’est pas un slogan ou un oripeau derrière lequel on se cache. Et les événements tragiques vécus par notre pays nous ont montré que les autoproclamés démocrates étaient en réalité des fascistes en puissance.


Je voudrais savoir comment des démagogues pourraient-ils gouverner tout un peuple. Après, si je dis qu'il faut exclure les partis islamiques de la scène politique algérien ce n'est qu'après constatation, et après avoir vécu en Algérie. Le peuple est encore affaiblie par le pouvoir algérien, et l'islamisme est encore bien implanté, laisser des partis islamistes active sur la scène politique est une erreur. Les paris islamistes visent à répandre l'Islam, et pour moi cela reste une atteinte à la liberté du culte.

jnsplu a écrit:

Quel est le problème de la dhimma ? Elle ne sied pas aux "mondialistes" et leurs relais ? Eh bien tant pis pour eux ! Nous ne sommes pas obligés de les singer en tout. Il y a bien des choses qu'ils font et qui contreviennent à nos conceptions, mais nous trouvons cela normal venant d'eux. Le racisme est plus grave que la dhimma. Le racisme fait des distinctions basées non pas sur la foi de l'individu, mais sur son physique. En islam ça n'a jamais existé. Demain, le plus mécréant des mécréants même s'il est noir s'il embrasse l'islam sera aussi musulman que les autres. Par contre un bougnoule restera toujours un bougnoule même s'ils clament qu'ils ne sont pas racistes, c'est un trait de civilisation et ces choses là ont la vie dure...dure.... Alors la dhimma, oui. A condition de suivre les préceptes de l'islam en tout car l'islam est une civilisation et non pas des règles dans lesquelles on puise quelques règles ça et là. Malheureusement, par le temps présent les gens ne connaissent pas très bien l'islam et donc la dhimma est un problème de périphérie et donc inapplicable en la situation actuelle . Les dhimmis ne paient pas la zakat, ils paient la dîme en contrepartie des services que leur offre l'Etat, parfois elle est moindre que la zakat que paie le musulman. Le dhimmi n'est pas appelé sous les drapeaux même en cas de mobilisation générale et cependant il a droit à la défense de ses biens et de sa personne. Mais avant qu'on ne me colle une étiquette, la société musulmane actuelle n'est pas mûre dans sa croyance et sa foi pour faire emerger la civilisation de haute culture et de haute tolérance qui a est celle de l'islam et donc la création d'un Etat musulman en Algérie n'est pas envisageable ni dans 10 ni dans 20 ou 30 ans, il n'est pas dans mes capacités de faire un pronostic plus éloigné. Mais il n'en demeure pas moins que les Algériens sont des musulmans et je maintiens donc tout ce que j'ai dit, car l'islam pourrait faire la surprise de renaitre plus haut, plus fort, plus tolérant, plus mobilisateur, plus civilisateur qu'il ne l'a été par le passé, ce passé qu'on feint d'oublier pour faire accroire que l'islam est la religion de l'obscurantisme et du dévoiement alors qu'il est le moteur qui a mis sur orbite la civilisation occidentale actuelle.


Donc pour vous la racisme est bien plus grave. Permettez moi de vous dire que vous avez torts. Bien que le racisme soit plus implanté, sachez que le racisme qui est un mal, contrairement à la dîme, est passible de poursuite judiciaire. Et encore une fois, l'immigration, qui précède entre autre le racisme, n'est pas due à une problème de religion mais est liée aux maux du capitalisme. Aujourd'hui l'on ne vit plus des croisades, si l'Algérie venait à entrer en guerre, on appellerait tout le peuple, non pas que les personnes de confession musulmane, donc cette dîme n'a plus sa place en ces temps ci. Vous comparez la dîme avec le zakat ? Mais où va l'argent de la dîme ? Aux plus démunis ? Non, alors ... Et en plus de la dîmes voila que les impôts ont vu le jours, n'est ce pas une discrimination ? Tout cela pour dire que c'est absurde de dire que pour bâtir une démocratie il faut suivre les préceptes d'une religion, nous sommes majeurs et vaccinés, nous avons en notre soi les enseignements de nos ancêtres, nous pouvons séparer le bon du mal. Cela n'étant qu'un exemple, ne jouons pas avec le feu, n'appliquons pas l'inapplicable et ne jouons pas avec l'Islam comme l'ont fait nos prédécesseurs.

Abdelkader DEHBI a écrit:
Cela étant précisé je voudrais pour ma part, proposer ma propre contribution à ce débat sur la place de l'Islam – et non de la religion -, dans la République, en préférant cette formulation qui a l'avantage d'écarter à mon avis toute ambiguïté en la matière, en tant que l'Islam fait partie intégrante de notre identité nationale en déterminant en même temps, à l'échelle du monde, notre appartenance à la grande Communauté spirituelle des Musulmans, une Communauté forte de un milliard et demi d'hommes


Oui, vous dites vrai, mais l'on se demande où est la place de cette communauté par rapport aux pays développés.

Abdelkader DEHBI a écrit:
C'est au nom de notre identité musulmane et des principes moraux de dignité, de courage prônés par l'Islam, que la Révolution Algérienne a déclenché le combat libérateur contre le colonialisme français, en anéantissant le mythe de "l'Algérie française" et en rétablissant sur le haut du pavé, les trois éléments de notre identité qui son l'Islam, l'arabité et l'amazighité. Toute contestation de ce fait manifeste relève de l'escroquerie morale et intellectuelle. L'ultra minorité stipendiée qui rêve de faire de l'Algérie un appendice de l'Occident – et singulièrement de l'ancienne puissance coloniale – se trompe lourdement en pensant pouvoir s'attaquer à l'islamité de l'Algérie que plus de 132 ans de colonisation et d'évangélisation, de mensonges et de diffamation, n'ont pas pu affecter.


C'est là ou apparait toute la force du peuple algérien, comme vous le dîtes si bien, 132 de colonisation n'ont pas effacé en nous ce qui était enraciné, mais je vous pose une question. Est ce que la révolution aurait réussi si elle était menè par un parti comme le Hamas en Palestine ? La réponse, pour ma part, est non.


Dernière édition par Srlach le Sam 10 Mai - 20:09 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Srlach


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2008
Messages: 13
Localisation: Alger

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 18:18 (2008)    Sujet du message: La place de la religion dans la République Répondre en citant

Ah, j'allais presque oublier, l'islamisme, pour moi, vise à appliquer la charia mot à mot et sur tout le peuple. ce qui, relève de l'impossible. L'Arabie saoudite en est un parfait exemple, couper la main d'un voleur au lieu de le réinsérer dans la société, quand on sait que le capitalisme appauvrit le pauvre et enrichit le riche... Et ce même voleur au lieu d'être handicapé à vie, aurait pu vendre sa force de travail au capitaliste.
Et ce n'est qu'un exemple, ne parlons pas de l'apostasie, l'héritage, l'homosexualité, l'égalité homme femme...
Et puisque cela à une relation directe, que pensez vous des enfants nés sous x et de leur droit en Islam ?


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:55 (2017)    Sujet du message: La place de la religion dans la République

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de la Dignité et du Changement Index du Forum -> Appel aux Algériennes et Algériens -> La place de la religion dans la République Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 4 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com