Forum de la Dignité et du Changement Index du Forum
  S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés
"Révision" de la Constitution

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de la Dignité et du Changement Index du Forum -> Appel aux Algériennes et Algériens -> La démocratie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
modérateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2007
Messages: 74

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 12:00 (2008)    Sujet du message: "Révision" de la Constitution Répondre en citant

Révision de la constitution : prélude au « rééchelonnement » de la servitude à long terme !!!




Par Khoukoum Samy,

De Paris, 1 novembre 2008




Révision, modification, ‘‘viol’’ partielle ou limité de ladite constitution. Cela changerait-t-il en profondeur à ce que nous pourrons désormais qualifier de « rééchelonnement d’une servitude » qui n’a que trop duré ? Comme si le peuple a besoin d’être consulté ou plutôt le ‘‘parlement’’, à savoir si la source du désagrément collectif doit encore durer plus longtemps que prévue ! Ou bien, s’il fallait ou pas consolider les ressorts d’un régime revigoré depuis janvier 1992 ?!

Aujourd’hui, se donner un temps de recul afin de mesurer toute la teneur d’un tel « choix » et ses répercussions à moyens et long terme, n’est plus une question d’enjeu uniquement politique. Mais il y va de la vocation même de notre destinée en tant que Nation dont, la Conscience historique ne peut plus supporter les supplices de l’éternel retour des réalités totalitaires annexant l’idéal de l’utopie…

Bien sur, nous avons tous encore à l’esprit comme une trace mnésique du 29 octobre (2008) : “le droit du peuple d’exercer son droit légitime à choisir ses gouvernants et à leur renouveler sa confiance en toute souveraineté”. Ou encore, ‘‘la réorganisation et la clarification’’ des prérogatives au sein de l’exécutif et la ‘‘protection des symboles de la glorieuse révolution’’

Seulement, au delà de toute « joaillerie sémantique » ou de littérature abondante sur les significations et autres impératifs de ces modifications, que nos regards respectifs croiseront ici et là, la réalité des choses est d’une tonalité plutôt grave.

Que manque-t-il au malheureux dénudé, disait un vieil adage de chez nous, se sont des bagues et des anneaux ! Pourquoi pas en or ! Et que manque-t-il au peuple ? Une concentration des pouvoirs, une durée encore indéterminée de l’oligarchie en place, une souveraineté rêvée, une liberté conjuguée au futur antérieur, un avilissement collectif au plus-que-parfait…, Bref, la liste est longue. Mais, difficile d’être exhaustif !

Qui y a-t-il de plus urgent pour des peuples asservis que de recouvrer leur dignité dans l’incarnation de leur volonté politique ? Mais, qu’attendent-ils des pouvoirs dont la capacité à les offenser est inégalable dans l’histoire contemporaine ? En quoi les dirigeants à la tête de ces régimes auront-ils des scrupules vis-à-vis des gouvernés, lorsque on sait que les mécanismes de défenses et de résistances ne constituent plus une menace pour le trône du Prince ? Que doit un système politique dont les dirigeants réels ne sont plus en mesure de s’affranchir de l’ivresse du pouvoir et de leur vanité ? Que doit un peuple à soi-même, lorsque ses « forces inconscientes » à la contestation de ses propres dirigeants ne représentent plus aucun un « enjeu » majeur dans le fonctionnement même de l’Etat ? Que peut-on attendre de tangible de la prolongation d’un mandat des gouvernants non-accommodés aux règles de la légitimité, tant qu’ils se sont ingénieusement outillés dans l’art de la contourner et la bafouer ?

Aujourd’hui, plus que jamais nous devons encore nous résigner à traîner une léthargie dont les souffles-douleurs seront toujours les mêmes, les moustadhaafîn du peuple. Car l’alchimie, dont le fonctionnement de ce régime est tributaire, sera encore de rigueur pour les années à venir. Les ‘‘règles’’ seront plus que jamais jalousement gardées au secret.. Donc, à l’abri du regard du « souverain » et indéfiniment opaques à l’esprit du profane ou de ses commentaires. Hier, Mr A. Zaoui, « limogé » nous rappelle que pour organiser des conférences littéraires à la Bibliothèque Nationale il « fallait une autorisation ». Demain, il faudra peut-être (Que Dieu nous en préserve) réciter lyriquement le funeste article 120 (de l’ex/futur parti unique) pour franchir le portail de la BN !

Dans sa tentative d’explication des raisons de son limogeage, l’ancien Directeur, a indiqué que tout ce qui a été présenté au Président de la République par « la tutelle, n’est que calomnie et fabulations ». Demain, le futur successeur (de Mr Zaoui) aura du mal à trouver un créneau dans une presse pour étaler son amertume ou tenter de se justifier de quoi que ce soit. Madame la Ministre de la culture, affichait il y a encore quelques jours sa ‘‘fierté’’ devant la presse pour avoir « assumé » l’interdiction d’un manuscrit d’un journaliste algérien, M Benchicou. Demain, elle se contentera d’envoyer un émissaire pour nous indiquer la destination de geôles dans les quatre coins du pays qu’il faudrait choisir selon la catégorie thématique qu’on aura favorisé de publier… Mr Zaoui, se plaint d’être accusé de « complaisance » dans l’impression du livre de M. Benchicou. Demain, l’accusation sera porté à une ‘‘complicité de crimes’’ contre l’humanité pour toute personne liée à l’impression d’un recueil de ‘‘mots d’esprit’’…

Une pétition, signée par 45 personnalités culturelles et historiques dont El Khabar (29 octobre) a reçu une copie, indique que « la régression intellectuelle a atteint un niveau inquiétant, et que les espaces d’opinions se sont restreint à un niveau désolant, ce qui menace quotidiennement, par l’exclusion et l’abus de pouvoir, nos libertés individuelles et notre droit dans la diversité et la différence consacrée par la religion et la Constitution ».


Le 9 avril prochain, chacun de nous devra se prononcer (ou pas !), sur le renouvellement du mandat présidentiel, alors qu’à l’occasion même de l’inauguration du Salon international du livre, une « mise au point radiophonique » de Mr Boukerzaza, ministre de la communication, venait de « tomber » pour indiquer explicitement à l’ère du tout numérique, la TNT, croyait-on, qu’en fait : ‘‘L’ouverture de l’audiovisuel n’est pas à l’ordre du jour.’’ ! (liberté 29 octobre).

Bien sur, la « lampe d’aldin » est loin d’être à la porté de tout le monde pour éclairer chacun de nous au milieu de ce jeux politique a-normatif sciemment structurée. Encore moins de faire jaillir des éléments de réponses au sein même de ce brouillard qui s’ajoute à l’anoxie politique qui s’est abattue sur le destin de notre pays.

En tous cas, dans cette énième tentative d’abolition totale et permanente de la capacité et du besoin de disposer de sa liberté, le peuple n’a même plus l’occasion juridique et institutionnelle de s’exprimer sur le ‘‘dernier verrou’’ (article 74) lié à la limitation du nombre de mandats présidentiels ! Car, le choix de recourir à la voie parlementaire, permet à l’entourage du Président Bouteflika d’aller vite. Comme si la voie référendaire et les risques d’une abstention incompressible, allait empêcher les pulsions bellicistes du régime de trouver des stratagèmes pour finaliser la mise en œuvre de leurs plans…

Le ton est donné. L’établissement d’institutions démocratiques, est ajourné. Le passage de la phase de l’indépendance de l’Etat à celle de la libération politique ne constitue d’emblée qu’une réalité, celle du fantasme chimiquement pur et éthéré !

Dorénavant, nous (tous ensemble) sommes assignés, à gérer notre « aphasie », c’est-à-dire à nous occuper du trouble et de l’altération de notre ‘‘parole’’ ainsi que les moyens thérapeutiques d’y remédier…!!



Fraternellement à Salah-Eddine.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Nov - 12:00 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
k.ch


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 6
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 20:23 (2008)    Sujet du message: "Révision" de la Constitution Répondre en citant

Bonsoir à tous,
Un échantillon de nos infrastructures, le grand hôpital d'Alger:  Mustapha Bacha !!!!!!!!!! ne soyez pas jaloux!!!
_________________
k.ch


Revenir en haut
k.ch


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2008
Messages: 6
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 20:26 (2008)    Sujet du message: "Révision" de la Constitution Répondre en citant

désolé, je vous ai envoyé une photo de cet hôpital, mais ça n'a pas marché, dommage. 
_________________
k.ch


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:58 (2017)    Sujet du message: "Révision" de la Constitution

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de la Dignité et du Changement Index du Forum -> Appel aux Algériennes et Algériens -> La démocratie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com